L’épervier Tome 6 : Les Larmes de Tlaloc

Album publié en 2004 aux éditions Dupuis


Résumé éditeur

couverture bd L'épervier Tome 6 : Les Larmes de Tlaloc

Le temps est compté pour L’Épervier.
Sur la route de Cayenne, les fers aux pieds et sous bonne escorte, Yann de Kermeur est en bien fâcheuse posture.

Accusé du meurtre du comte de Kermellec, L’Épervier entend bien plaider son innocence. Mais pour en collecter les preuves, il lui faut au plus vite tromper la vigilance de ses gardiens et recouvrer sa liberté.

Sans oublier d’emmener avec lui Agnès, sa compagne d’infortune, qui semble en savoir long sur l’identité du vrai coupable… et dont les charmes ne le laissent pas indifférent.

Agnès, qui cache sur elle un précieux carnet qui révèle enfin l’emplacement d’un fabuleux trésor que beaucoup croyaient perdu à force de l’avoir cherché en vain.

À commencer par ses ravisseurs, le marquis de la Motte et le vicomte de Villeneuve, son propre cousin…

La bd « L’épervier Tome 6 : Les Larmes de Tlaloc » disponible ici


Lire un extrait


L’avis d’histoiregeobd.com sur la bande dessinée « L’épervier Tome 6 : Les Larmes de Tlaloc »

« Les Larmes de Tlaloc » est le sixième et dernier tome de ce premier cycle de bande dessinée « L’Épervier, » et il ne déçoit pas. L’histoire se poursuit avec notre héros, Yann de Kermeur, qui se retrouve face à ses ennemis pour sauver la comtesse de Kermellec.

Le scénario offre des rebondissements passionnants, que ce soit dans les rues bretonnes, sur les mers, ou à travers les marécages de Guyane. L’intrigue se résout de manière appropriée, dévoilant enfin les mystères entourant le trésor des Kermellec.

Le développement de la relation entre Yann et Agnès est subtil et délicat, mais évolue rapidement vers la passion. Les dialogues reflètent cette transformation, parfois de manière un peu clichée, mais cela n’enlève rien au plaisir de suivre leur histoire.

extrait L'épervier Tome 6 : Les Larmes de Tlaloc

Sur le plan graphique, Patrice Pellerin démontre une grande maîtrise, notamment dans les levers et couchers de soleil ainsi que les intérieurs éclairés à la chandelle. Les teintes de jaune contribuent à l’atmosphère de l’intrigue située dans les terres australes.

Ce tome clôture le premier cycle de « L’Épervier » de manière magistrale, avec des révélations attendues et une conclusion digne de l’aventure.

Cette bande dessinée historique reste captivante et nous laisse impatients de découvrir les prochaines aventures de Yann de Kermeur.


Lieu visité par la bd en Bretagne

Brest

Vous aimerez aussi